Supervision / Hypervision

Amélioration des performances techniques et énergétiques des bâtiments grâce aux outils de supervision et d'hypervision

Quel est le lien entre la supervision et l’hypervision ? Comment ces deux outils contribuent-ils au pilotage optimal du parc immobilier ? Quelles sont leurs particularités ? Comment ces deux outils fonctionnent-ils de manière complémentaire dans le secteur du Smart Building ?

Chronologiquement, le concept de supervision est apparu avant celui d’hypervision. Initialement, les systèmes de supervision n’avaient pour fonction que de surveiller les systèmes techniques du bâtiment (l’éclairage, le chauffage, la climatisation, etc.). Aujourd’hui, l’offre disponible est beaucoup plus complète.

La supervision des installations techniques d’un ou plusieurs bâtiments permet de : 

  • Programmer les équipements techniques selon les besoins des usagers,
  • Surveiller en temps réel les paramètres,
  • Vérifier la consommation ou la production d’énergie des installations,
  • Envoyer des alertes (par mail, SMS ou vers les télégestions des exploitants),
  • Identifier et prévenir les dysfonctionnements.
 
Il existe divers outils pour la supervision :
 
 
Les outils de ce type offrent de nombreux avantages : des coûts d’exploitation réduits et une meilleure réactivité en cas d’alerte, des économies d’énergie, une amélioration de la performance énergétique des bâtiments et du confort des occupants, etc.
 

Mise en œuvre de protocoles standards de supervision

Au cours des dernières années, le secteur du Smart Building a connu une croissance significative et deux approches de supervision se dessinent : 

  • La première est proposée par les fabricants de matériels d’automatisation et de contrôle,
  • La seconde, impulsée par les éditeurs de logiciels indépendants des fabricants.
 
Aujourd’hui, les solutions disponibles offrent une communication native et diverses options pour respecter les normes du marché. La profession vantant l’interopérabilité et l’ouverture ont incité les fabricants et éditeurs à unir leurs solutions avec des protocoles normalisés (comme BACnet et KNX).

Hypervision, une solution de consolidation de données, d'analyse et de pilotage unifié

On peut se demander quelles sont les différences entre la supervision et l’hypervision. Quel est le lien entre ces deux notions ? Bien que cela semble complexe, la réponse est en fait très simple.

Tout d’abord, l’hypervision répond aux enjeux liés au nombre croissant d’outils de supervision des équipements techniques et à l’accumulation des données recueillies. La plateforme a pour objectif de réunir les données relatives au bon fonctionnement des différents types de superviseurs, d’applications et de données qui leur sont associés, afin de pouvoir les comparer et les analyser.

Les solutions d’hypervision sont des plateformes comprenant de nombreux connecteurs standards pour récupérer des données liées à la consommation d’énergie, telles que les factures, les informations des fournisseurs et des distributeurs. En plus des fonctionnalités offertes par les solutions de supervision, ces solutions offrent également des modules tels que “Décret Tertiaire”. Ces modules fournissent des informations sur la “période de référence” à l’alimentation de la plateforme OPERAT.

Les gestionnaires de patrimoines immobiliers de grande taille, souvent confrontés à la diversité de leurs systèmes techniques, trouvent un plus grand intérêt pour cette solution de gestion. Ce constat s’applique tout particulièrement aux collectivités.

L’hypervision apporte donc bien une vision globale et une maîtrise globale des installations, permettant de piloter de façon unifiée, rapide et efficace, tout en améliorant la performance énergétique, technique et numérique d’un ensemble d’infrastructures. Grâce à une console, on peut détecter rapidement les alertes et produire des indicateurs optimisés, tout en évitant les éventuelles anomalies. Ainsi, l’hypervision permet le monitoring de l’ensemble des installations.

Elle peut aussi fournir une perspective adaptée aux différents contextes, selon la profession, les systèmes, les usages (par exemple, les IRVE (Infrastructures de Recharges des Véhicules Électriques ou l’utilisation du photovoltaïque) ou encore le style de bâtiments (pour les municipalités : les écoles, les crèches, les cafétérias scolaires, les bureaux, etc.) suivant la précision requise des informations.

En fin de compte, une hypervision offre de nombreux avantages tels que :

  • La centralisation des données techniques assurant une meilleure maîtrise de son parc immobilier,
  • Le suivi et l’analyse des données énergétiques ainsi que l’optimisation des coûts associés,
  • Une communication unifiée vers des outils métiers tels que la GMAO (Gestion et Maintenance Assistée par Ordinateur) et la maquette BIM (Building Information Modeling), ce qui facilite les interactions avec le système d’information.

L'hypervision, un outil de gestion pour les collectivités

Les collectivités peuvent être grandement bénéficiaires de l’utilisation de l’hypervision, car celle-ci offre de nombreux avantages, incluant :

  • Les services techniques et environnementaux,
  • L’aménagement et le développement des territoires,
  • La citoyenneté, la culture, le sport et l’éducation,
  • Des questions sociales, de la santé publique et de la gestion des ressources,
  • Une meilleure sécurité.
 
L’hypervision va offrir la possibilité de regrouper toutes les informations recueillies et de prendre des mesures concernant les diverses applications à l’échelle des bâtiments.

 

En conséquence, elle pourra traiter des données à une plus grande échelle, par exemple, celle d’un quartier. De nombreux usages peuvent être pris en compte, tels que la gestion des IRVE (Infrastructures de Recharge de Véhicules Électriques), des parkings publics, du photovoltaïque en autoconsommation collective, des éclairages publics, de la sécurité, de la qualité de l’air, etc. Tout cela joue un rôle clé dans le déploiement de la ville intelligente, et représente un défi considérable pour la gestion du patrimoine, des métiers et des activités menées au quotidien.

Schéma de l'utilisation de l'hypervision pour une Smartcity

Les bienfaits d’un système d’hypervision sont nombreux et comprennent notamment le monitoring. Il est donc clair que les outils de supervision des appareils techniques occupent une place cruciale et ces deux solutions sont bel et bien complémentaires.

Ressources complémentaires

Téléchargez nos contenus exclusifs gratuitement :

Livre blanc

Livre Blanc Décret Bacs

Découvrir tous les enjeux essentiels du Décret BACS avec ce livre blanc.

5 erreurs à éviter

Mockup inbound marketing Cyrisea

Découvrir les  5 erreurs à éviter pour appliquer au mieux le décret.

Smart Monitoring

Mockup Smart Monito

Découvrir l’outil CYRISEA de supervision permettant de centraliser et de contrôler les données de vos équipements.

Confort et santé

Espace de travail

Assurez-vous d’être aux normes, de comprendre les enjeux et de mettre en place les solutions adéquates grâce à la checklist.

L'offre CYRISEA

Offre Cyrisea

CYRISEA améliore la performance énergétique des bureaux et le confort des occupants en proposant une offre complète et transversale qui couvre l’ensemble de vos besoins

Nos références

FAQ - GTB-GTC

  • Quels sont les 3 niveaux GTB ?
    Cette norme établit une hiérarchie des systèmes de Gestion Technique de Bâtiment (GTB) selon leur efficacité énergétique et leur niveau de sophistication :
    • Classe A : désigne les systèmes de GTB à haute efficacité énergétique
    • Classe B : concerne les systèmes offrant une gestion et une régulation avancée
    • Classe C : correspond aux systèmes standards de référence
    • Classe D : catégorise les systèmes de GTB dont l'efficience énergétique est faible
  • Pourquoi GTC ?
    La fonction de la Gestion Technique Centralisée (GTC) consiste à fournir une supervision précise et à distance sur les divers systèmes techniques associés à un domaine spécifique, appelé "lot". Dans le contexte d'un bâtiment, ce lot pourrait concerner des aspects tels que le chauffage ou l'électricité.
  • Quelle différence entre GTC et GTB ?
    La Gestion Technique Centralisée (GTC) et la Gestion Technique de Bâtiment (GTB) opèrent selon des principes similaires. Toutefois, la GTC se distingue par sa capacité à superviser spécifiquement les installations d'un unique domaine. Elle offre ainsi une approche plus ciblée comparée à la GTB, qui englobe une supervision étendue à l'ensemble des secteurs d'un bâtiment.
  • Quelle est la fonction de la GTC ?
    L'objectif principal de la Gestion Technique est d'automatiser le fonctionnement des systèmes techniques d'un bâtiment, incluant le chauffage, la climatisation, l'éclairage et la sécurité.

Contactez-nous

Vous avez des questions concernant les systèmes de GTB/GTC ?

Nos experts sont à votre écoute.
Optimisez votre gestion du bâtiment
Optimisez votre gestion du bâtiment
Retour en haut